martinique_11__29_dsc03841dsc03967dsc03726DSC03656dsc03715dsc03729dsc03737dsc03734dsc03995dsc03955dsc03917dsc03794dsc03741dsc03979dsc03893dsc03863dsc03787dsc03909martinique_11__28_dsc03921img_0066dsc03926dsc03987dsc03802img_0063dsc03988

Ils ont embarqués pour un mois et demi à bord d’Akela et se former au rôle de skipper : Pascal, Michèle, Guillaume, Sandra, Joël et Alain avec chacun leurs expériences et objectifs s’affairent ensemble depuis 12 jours à la navigation. Apprendre à maîtriser le bateau dans toutes les conditions, réglage optimum des voiles tout en supervisant la navigation, attention si on choisit la passe entre les cailloux… De jour comme de nuit, entre deux grains, avec ou sans spi, le vent forcit, le génois est enroulé, la trinquette est envoyée, et pendant la  manœuvre, un "équipier" avec une tête de par battage passe par dessus bord : "un homme à la mer" !

Les chefs de bord se succèdent et prennent en main toute la responsabilité du bateau. On se prend au jeu, on fait des erreurs, mais comme on dit, c’est comme ça qu’on apprend !

Histoire de se mettre en jambe pour la transat, on a commencé par un tour de la Martinique, avec un passage par la côte au vent, au près, bon vent et mer grosse. Nous en profitons aussi pour filer vers les îles du sud : Union, Cariacou, Tobago Cays... Et entre deux manœuvres, on va se reposer l’esprit en plongée, entre raies et tortues du lagon, y’a pire comme formation, non ?

Attention au rase cailloux…même si parfois ça a du bon, surtout quand une carange gros yeux vient mordre au bout de la ligne. Hum, elle sera cuite au feu de bois sur l’île déserte de Petit Nevis, pour un anniversaire bien animé. (Excusez nous tortues de terre, si nous avons fait du bruit un peu tard !)

Nous voilà de retour au Marin. J – 5 avant le départ pour la grande traversée et certains sont impatients de mettre en route la machine à « bouffer des milles ». Akela entre donc dans sa configuration long court, ultimes préparatifs avant de prendre le large et rejoindre les Açores.